Le leader européen du matériel apicole !

Téléphone : 04 90 40 49 71 lundi au vendredi: 9h30-12h / 14h-17h30

Les activités apicoles

On entend par apiculture, l’élevage des abeilles à miel afin d’exploiter les produits de la ruche. La chasse au miel existe depuis très longtemps et de nos jours l’activité apicole pousse surtout les abeilles à s’installer dans les ruches et non plus comme  auparavant dans la nature. C’est cette technique d’élevage que l’on appelle apiculture. Voici quelques informations nécessaires si on veut utiliser la technique d’apiculture chez soi.

Le choix des abeilles

Les activités apicoles ne sont pas difficiles. Cependant, elles nécessitent beaucoup d’attention et le respect de certaines règles pour la protection des abeilles mais aussi de l’homme.  Pour que les abeilles viennent s’installer dans les ruches, les apiculteurs recherchent leurs nids dans la nature et les emménagent dans les ruches. Une autre technique est aussi d’enduire la nouvelle demeure des abeilles de cire. Elles seront attirées par l’odeur et ainsi on obtient un essaim complet. C’est une méthode à succès dans les régions où l’on trouve beaucoup de colonies. Mais pour les débutants, il est toujours primordial de demander l’avis des professionnels. Il est important de savoir que certaines migrations artificielles des nids effectuées dans le cadre de l’élevage apicole ont entrainé la propagation de certaines maladies d’abeilles. C’est ainsi qu’il est obligatoire de passer par l’avis d’un expert apicole avant de procéder à tout déplacement de reine ou de nid d’abeilles.

Les différents types de ruche

L’emplacement des ruches ne sont pas fixes, on peut les mettre sur un arbre ou sur des parcelles de terres incultes ou encore sur des toits en terrasse. L’activité apicole peut être considérée comme viable pour tout type d’exploitant même s’il ne dispose pas de terre. Les seules exigences pour que les abeilles soient fidèles à la ruche sont : un endroit près d’une source d’eau, un environnement entouré de plantes et d’arbres à fleurs, à l’abri du vent et d’une lumière trop forte. On peut citer trois types de ruches : les traditionnelles, celles à barres supérieures et celles à cadres mobiles. Pour les premières  elles sont conçues à partir de matériaux sur place comme les rondins ou les pots en terre cuite… Le rôle essentiel de la ruche est d’encourager les abeilles à y faire leur nid. Pour le deuxième type de ruche, c’est un modèle qui est un peu plus pratique mais coûteux. Les abeilles s’installent sur la partie inférieure des barres  permettant d’obtenir différents rayons. Les composants aussi sont tous locaux.

Enfin la dernière ruche pour l’élevage apicole, celle à cadres mobiles fonctionnent à peu près comme celle à barres supérieures. Elle est plus présente dans les pays industrialisés. Elle se compose de cadres en forme de rectangles qui sont faits en bois ou en plastique et servent de support aux rayons. Deux avantages sont à tirer de ce modèle : la facilité d’inspection et de manipulation des colonies et une récolte plus facile du miel.

La plupart des apiculteurs traditionnels sont propriétaires de leur activité. On retrouve surtout des abeilles encore très saines du côté des pays en développement. Il est donc nécessaire de les protéger et de surveiller étroitement tout déplacement de nid pour éviter les maladies des abeilles.

 

 

La sélection Icko Apiculture

 

Aides FranceAgriMer pour la transhumance et le cheptel

LES AIDES FranceAgriMer ÉVOLUENT ! Le programme apicole, qui est le cadre des aides nationales aux apiculteurs, est un programme triennal. Le nouveau programme vient d’être lancé, et les aides que vous connaissez ont subi quelques modifications. Le montant de l’aide est de 40% maximum du montant HT des investissements, le pourcentage exact étant calculé après le 25 janvier en fonctio...

Lettre d'information Janvier

C'est le premier mois de l'hiver, le froid et la neige sont parfois au rendez-vous. On doit surveiller les entrées des ruches, les dégager de la neige qui aurait pu s’y mettre. Les jours vont commencer leur lente mais régulière croissance, les colonies mangent leurs réserves et pour ceux qui pèsent leur ruche tous les mois, on constate en pesée arrière environ 500 grammes à 1 kg de décroissance...

  En cours de chargement...
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus. X