Lettre d'information du mois de novembre - ICKO-BLOG
< Retour à la boutique Icko-Apiculture

Lettre d’information du mois de novembre

0

En novembre, s’il tonne, l’année sera bonne.
Vent d’octobre, pluie de novembre font bon décembre.

Ces dictons annoncent la pluie en novembre. Elle servira le développement des réseaux racinaires des arbres et plantes vivaces. Pour les colonies, la morte saison est déjà là.
Les abeilles cloîtrées dans leurs ruches consomment leurs réserves. La surveillance alimentaire sera de mise.
L’entretien du rucher sera l’activité principale de toute la morte saison, à savoir :  les débroussaillages, l’aplanissement des zones d’accès, les empierrages des futurs emplacements de colonies… bref, c’est de la mise en ordre des ruchers dont il s’agira.
En profiter, pour ceux qui ne l’aurait fait, de monter leurs colonies sur des parpaings à bonne hauteur, deux rangées superposés au minimum. Jusqu’en juillet cette disposition est souhaitable pour le dos de l’apiculteur.
En zones de frelon asiatique, les ruches seront placées au ras du sol afin que les hautes herbes devant l’entrée des ruches dissuadent les frelons d’attaquer les colonies. Astuce simple, parfois très efficace.
La pesée des ruches servira d’indicateur pour le nourrissement.
A moins de 17 kg, en pesée arrière pour une Dadant 10c, avec un toit en tôle et en équilibre à l’aplomb de la face avant, le nourrissement au candi est impératif. Plus tôt le nourrissement sera mis en place, plus tôt la reprise de la ponte de la reine se fera. Ne pas hésiter à employer des candis protéinés, de sorte que la ponte de la reine puisse repartir dès janvier.

A l’atelier :
Quelques rappels :
• C’est le moment des réparations de matériel, des désinfections.
La propolis, la cire doivent bouillir et brûler. Le bois devra brunir. Toutes les parties ramollies devront être raclées, enlevées. Ce travail prophylactique est fondamental pour bien se tenir à l’écart de la loque et autres maladies dont l’apiculteur est le vecteur.
• Les lèves cadres seront systématiquement traités à la flamme après chaque visite de rucher et entre deux ruches en cas de suspicion de maladie. Ou bien un trempage rapide dans de l’alcool à brûler.
Bien que souvent omise, leur désinfection régulière est une précaution utile.
• Les gants seront en caoutchouc permettant de les rincer à l’alcool à la maison et de les tremper dans un seau d’eau javellisée entre deux ruches. Ou mieux des gants de chirurgie à usage unique, jetés après chaque visite de ruchers.
• Les vêtements seront lavés en machine et désinfectés par trempage durant 1/2 heure dans une eau fortement javellisée, 1 litre pour 5 litres. Ce traitement devrait être fait une fois par mois en pleine saison. Le voile sera lavé à la main.
Bien se rappeler que les maladies ont d’abord pour origine les pratiques de l’apiculteur.
Le temps du syndicat et de l’association sanitaire apicole.

Si Noël se profile avec les fêtes familiales, la grande famille des apiculteurs organise ses assemblées générales. Les syndicats, acteurs incontournables de la vie apicole, sont indispensables pour organiser le milieu et sont des porteurs d’idées et de projets pour l’apiculture et les apiculteurs.
Les dirigeants ne sont pas nombreux et leur temps est précieux. Rendez leur hommage en assistant aux Assemblées et conférences qu’ils organisent.

Les associations sanitaires apicoles sont de plus en plus nombreuses. Leurs missions, outre la distribution des médicaments, portent sur l’information et la formation aux bonnes pratiques apicoles. Ils sont des relais d’information mais également de conseil et de suivi sanitaire des ruchers sur le terrain.
On les réduit trop souvent à des simples intermédiaires pharmaceutiques. Il n’en est rien, le Programme sanitaire d’élevage (PSE) s’il est agréé par le Préfet, suite à sa validation par la Commission Régionale de la Pharmacie Vétérinaire, engage les adhérents au PSE à se conformer aux bonnes pratiques en matière de soins aux abeilles.
C’est en contre partie de cet engagement que le GDSA a la possibilité de distribuer des médicaments sous l’autorité d’un vétérinaire « conseil ».

Varroa destructor est destructeur de l’apiculture et dans un environnement devenu en bien des endroits délétère pour les insectes en général, il ruine la santé des abeilles plus que de raison.
En consommant les protéines de l’abeille, stratégiques pour la production de gelée royale, il les fait vieillir rapidement leur empêchant de jouer longtemps leur rôle de nourrice. Les colonies sont alors privées, en cours d’hiver, de ces précieuses nourrices indispensables pour la relance de la ponte de la reine et le renouvellement de la population.
Les associations sanitaires apicoles ont pour objet d’organiser des pratiques efficaces pour lutter contre varroa.
Adhérer à l’association sanitaire apicole du département et suivre les formations qu’il dispense est plus que nécessaire.
Les bricolages personnels ne sont plus de mise. C’est une redite, mais pédagogie oblige tant le sujet est important.

Le temps des cadeaux
Parmi les cadeaux de Noël, l’apiculture est à l’honneur dans les librairies. De nombreux ouvrages pour toutes catégories de lecteurs sont disponibles, des bandes dessinées pour enfant aux ouvrages professionnels.
Votre serviteur a publié chez Ulmer  ”Installer un premier rucher“ pour le débutant.  “L’apiculture mois par mois“ un vademecum, calendrier apicole pour l’amateur. ”Le rucher durable” un traité d’apiculture pour un amateur averti.

———————

L’apiculture c’est de bons outils et de bons produits…

EC217-1

EC217 – Bouclier anti-frelon
Cette muselière ou bouclier anti frelon a été développé et breveté par des apiculteurs du sud ouest de la France.

—————

HB200 sac

HB200 : Abei-Fondant 

Abei-fondant est un candi souple à granulation très fine, obtenu à partir de saccharose (85%), de sirop de glucose et de sucre inverti.

—————- 

KB591
Après le succès des Routes du Miel, le photographe Éric Tourner revient pour proposer un superbe opus sur Le Génie des Abeilles.

——————————– 

Laisser un commentaire