Lettre d'information Février - ICKO-BLOG
< Retour à la boutique Icko-Apiculture

Lettre d’information Février

0

La lettre d’information du mois de février

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Après une longue période d’inactivité réduite ou nulle, la reine peut pondre dès janvier en particulier si l’hiver est clément. Le danger est alors le manque de nourriture. Il convient de vérifier l’état du candi « de précaution » dans le nourrisseur. Il faudra très certainement envisager de nourrir.

Découvrez comment nourrir au candi en vidéo :

Cet hiver et jusqu’à ces derniers jours, dans certaines régions les températures ont été particulièrement douces. Nous avons pu observer de nombreuses sorties et rentrées de pollen tout au long de l’automne et de ce début d’hiver. Favorable ? Pas sûr ! La période est sensible : baisse des réserves, regain de l’hiver en perspective…
Pour d’autres régions la pluie et la grisaille ont été omniprésente, il faudra vérifier l’état du nourrissement à la première chaleur.

De jeunes abeilles vont bientôt naître et vont remplacer les anciennes, usées par la traversée de l’hiver. Elles vont produire la gelée royale nécessaire à la croissance des larves. A l’intérieur de la ruche, les abeilles sont encore en grappe, maintenant au chaud le couvain. Quand la température extérieure augmente, la ruche se réchauffe et la grappe se défait. Quelques abeilles osent les premières sorties. Ce sont celles que vous avez vues dans les noisetiers.

Que fait l’apiculteur ?

L’apiculteur observe les premiers mouvements. En Février, sauf conditions de température favorables installées depuis quelques jours, il évite d’ouvrir et donc de refroidir la ruche. Tout au plus surveille-t-il la consommation de candi mis à la fin de l’automne pour aider la ruche à passer l’hiver. Pas de consommation et ruche légère signifie ruche en danger et justifie son intervention.

Sinon comme vous il regarde les floraisons. Il suit la météo et pense à la première visite dite « de printemps ». Selon la région, la visite se fera plus ou moins tard dans le mois de Mars. Seuls les apiculteurs du Sud de la France peuvent envisager de faire cette visite en Février. Attention, il ne faut pas pécher par impatience.
Février est aussi pour l’apiculteur le moment de penser à renouveler son matériel. Il peut construire en particulier de nouveaux cadres. Il peut aussi procéder à la désinfection des corps et hausses s’il ne l’a pas fait en fin d’automne.

A l’atelier, se préparer à l’élevage des reines !
Il est encore temps de se décider à élever des reines pour celui qui ne s’y serait déjà mis. L’élevage est très simple, un peu consommateur de temps il est vrai. Mais disposer de reines jeunes est un atout pour s’assurer de bonnes récoltes. Les reines nées en cette année seront en pleine ponte l’année prochaine pour la production du miel, mais elles serviront dès cette année à la production d’essaims artificiels. Les essaims artificiels permettent, l’année suivante, de faire des réunions avec des colonies de production en changeant les reines et en renforçant le volume d’abeilles de la colonie. Ces essaims démarrés sur 2 cadres, puis renforcés en cours d’été d’un cadre de couvain operculé sans abeilles dessus, nourris en permanence, atteignent 5 cadres en juillet. Ils passent très bien l’hiver. C’est la manière la plus sûre de disposer de colonies populeuses aptes à produire du miel.
Pierre Jean Prost dit qu’une reine de bonne qualité pond jusqu’à 3 000 oeufs par jour dans les meilleures conditions d’abondance de nourrices et de température. L’année suivante, sa ponte se situe entre 1 800 et 2 300 oeufs/jour. Or, notre récolte n’est rien d’autre que l’excédent de miel de la colonie produit par un excédent d’abeilles. Cet excédent n’est lui-même que le fruit d’une ponte abondante. Une reine ayant dépassé 2 ans ne peut donc fournir la population capable de nous donner une belle récolte. CQFD. L’élevage des mois à venir prépare l’année prochaine. Il faut cirer des cadres, jeter les vieux cadres, porter la cire d’opercules à gaufrer. Pour ceux qui ont un certain nombre de ruches passez vos hausses à 8 cadres. Changez les crémaillères, la désoperculation en est grandement améliorée. Il faut toujours intercaler un cadre bâti avec un cadre ciré, les abeilles pourraient construire en travers tant l’espace entre deux cadres est important. On peut aussi préparer des trappes à pollen pour prélever une partie des apports des butineuses. Si on ne veut épuiser les colonies, il faut équiper les trappes de grilles très fines ce qui ne prélève qu’en faible partie du pollen apporté à la ruche. Toutes les ruches doivent être équipées pour éviter que les butineuses n’aillent là où il n’y a pas de trappes.

Que fait le débutant ?

C’est le bon moment pour faire son plan pour l’année. De quoi aurais-je besoin et quand. Que vous soyez néophyte voulant s’initier et bâtir un projet où apiculteur peu expérimenté désirant démarrer au mieux son activité et être accompagné, Icko Apiculture est là pour vous aider à acquérir les matériels, outils, savoir et pratiques.

 

—————————————————————————————————–

Découvrir l’apiculture c’est aussi découvrir les bons produits :IA001

IA001C – Trappe à pollen d’entrée bois
Pour une récolte pratique et sans effort, pensez à cette trappe à pollen d’entrée en bois

——————————————————–

CH-061

Cadres cirés
Langstroth, Warré, Dadant… retrouvez nos cadres cirés !

——————————————————–

candimiel ha001HA001 – Candimiel
Nous fabriquons notre candimiel avec du sucre, de l’eau et du miel, selon la recette de Charles ICKOWICZ.
Sa richesse en miel le rend particulièrement attractif et stimulant pour les abeilles.

ha010canditonusHA010 – Canditonus
Du candimiel renforcé avec de l’Apitonus, complément protéique à base de levure de bière micronisée.
Cette formule apporte en plus du sucre, les matières azotées nécessaires au démarrage de la colonie. 

—————————————————————————————————–

Laisser un commentaire