Débuter en apiculture

Débuter en apiculture

Acheter une ruche et se lancer dans l’apiculture Découvrir le métier d’apiculteur Le premier rôle de l’apiculteur estde prendre soin de ses ...

Acheter une ruche et se lancer dans l’apiculture

Découvrir le métier d’apiculteur

Le premier rôle de l’apiculteur estde prendre soin de ses abeilles. Pour cela, il doit veiller à ce que les conditions nécessaires pour leur survie soient bien réunies. Son activité consiste à entretenir les ruches, à surveiller la production de miel, la ponte et la santé des abeilles. Lorsque c’est nécessaire, l’apiculteur augmente le nombre de ruches pour accueillir les nouveaux essaims. Il veille également à garder un œil sur la multiplication de la colonie, soit par un essaimage artificiel soit par un essaimage naturel. L’enfumage, la récolte, la désoperculation, l’extraction voir même l’insémination font partie des attributions de l’apiculteur en dehors de la mise en pot et de la transformation des produits. Le métier d’apiculteur ne se limite pas l’élevage d’abeilles. Il lui faut également vendre et gérer sa production de miel. L’apiculteur peut choisir d’installer ses colonies à un seul et même endroit, mais il peut également choisir de déplacer ses ruches pour bénéficier de miellées spécifiques ou plus généreuses. C’est ce que l’on appelle transhumer.

———————————–

Quelle formation pour débuter en apiculture ?

L’apiculteur exerce son métier dans la nature. Les horaires varient selon les périodes de l’année et également en fonction des conditions climatiques. Durant les périodes défavorables, le volume de travail est réduit mais l’apiculteur assurera toujours les soins de la ruche, les travaux de maintenance et les réparations diverses. Comme l’apiculteur doit se protéger des piqûres d’abeille, il doit s’équiper en conséquence. Pour cela, il s’habille d’une combinaison d’apiculteur ou d’une vareuse et d’une paire de gants. À ne pas oublier les divers matériels nécessaires pour ouvrir la ruche (brosse à abeilles, lève-cadres, pince…) Ne jamais travailler sans son enfumoir !

Avant de conduire votre propre rucher, il est plus prudent d’apprendre auprès de professionnels. Des formations existent pour apprendre le métier de l’apiculture professionnelle comme le BPREA (Brevet Professionnel Responsable d’Exploitation Agricole) qui se déroule sur 9 mois avec un stage pratique. Des formations sont également proposées au sein d’exploitations ou de ruchers école. ICKO Apiculture vous propose également de passer un stage apicole à Bollène pour découvrir le métier d’apiculteur. Celui-ci se déroule sur 2 jours. Il s’agit ici de faire connaître le monde des abeilles aux stagiaires qui pourront les approcher, ouvrir une ruche en toute sécurité, repérer la reine, récolter le miel et découvrir toutes les techniques des apiculteurs professionnels.

L’apiculture n’est pas un domaine qui demande beaucoup de conditions. Tout le monde peut s’y adonner cependant, il est nécessaire de posséder les notions de base. Quand les connaissances sont acquises, on peut maintenant procéder à l’installation chez soi. Acheter une ruche n’est cependant pas une affaire à prendre à la légère, voici quelques conseils.

———————————–

Avant d’installer une ruche

L’apiculture est parmi les univers les plus passionnants. Quelques précautions sont cependant à prendre avant de décider d’acheter une ruche et de l’installer dans le jardin. Tout d’abord, poser les bonnes questions, pour savoir si personne ne souffre d’allergie en rapport avec les piqûres d’abeilles. . Ensuite, vérifiez que le terrain sur lequel vous souhaitez installer votre ruche respecte la réglementation en vigueur. Des distances sont à respecter lors de l’installation de votre rucher. Ces dispositions réglementaires sont disponibles auprès de mairies et des collectivités territoriales et varient d’une commune à une autre. Avant d’acheter une ruche aussi, nous vous conseillons de demander l’avis d’un apiculteur professionnel. Il vous orientera sur le type de ruche à acheter  et sur le choix de l’emplacement. Il ne faut jamais se lancer seul dans l’achat d’une ruche et de son installation si on n’a que quelques notions de base.

L’intérêt d’avoir une ruche chez soi n’est pas uniquement de produire son propre miel. C’est aussi un geste écologique, les abeilles sont aujourd’hui parmi les espèces menacées. La monoculture, le désherbage, les changements climatiques, les néonicotinoïdes, les pesticides en sont les principales raisons. Vous lances dans l’apiculture est donc une action durable et valorisante.
Il est bon de savoir également qu’une ruche produit entre 10 à 40 kg de miel par an, ce qui signifie que l’apiculture est un investissement très rentable d’un point de vue économie. Il est juste à noter que durant la première année, il est rare de récolter le miel. Ce dernier servira au bon développement de l’essaim mais aussi de de provision aux abeilles jusqu’à la prochaine production.

———————————–

Où installer une ruche ?

Quand tous les renseignements nécessaires sont recueillis, vous pouvez passer à l’étape suivante : acheter la ruche. Que ce soit pour acquérir le matériel qui constitue le rucher ou celui qui permet d’effectuer les visites, divers magasins de matériels apicoles existent. Vous pouvez également trouver du matériel d’occasion en consultant les journaux, dans la rubrique des petites annonces. Mais il existe aussi des magazines spécialisés qui sont destinés à l’apiculture et son monde.

Après avoir acheté votre ruche ainsi que des abeilles, vous devez procéder à son installation.
Afin de faciliter la circulation des abeilles, il conseillé de choisir un emplacement assez dégagé et loin des branches d’arbres. L’idéal est de l’installer près d’une haie assez haute pour protéger le rucher des caprices du temps. Évitez ainsi les endroits trop venteux, trop ombragé, humide, ou dans une zone de brouillard fréquent. L’exposition sud-sud est idéale. Une autre astuce pour préserver les abeilles contre l’humidité et pour faciliter les allers et retours des butineuses, consiste à placer la ruche en hauteur et légèrement penchée en avant. Vous faciliterez ainsi l’évacuation des déchets et de l’humidité liée à la condensation.
Pensez que comme toute activité, l’apiculture est soumise à plusieurs réglementations. Après avoir choisi le bon emplacement, il faut obligatoirement déclarer vos ruches, vous informer sur les réglementations fiscales et les assurances pour votre rucher.

———————————–

Les différents types de ruche

L’emplacement des ruches n’est pas fixe, on peut les mettre sur un arbre ou sur des parcelles de terres incultes ou encore sur des toits en terrasse. L’activité apicole peut être considérée comme viable pour tout type d’exploitant même s’il ne dispose pas de terre. Les seules exigences pour que les abeilles soient fidèles à la ruche sont : un endroit près d’une source d’eau, un environnement entouré de plantes et d’arbres à fleurs, à l’abri du vent et d’une lumière trop forte. On peut citer trois types de ruches : les traditionnelles, celles à barres supérieures et celles à cadres mobiles. Pour les premières, elles sont conçues à partir de matériaux sur place comme les rondins ou les pots en terre cuite… Le rôle essentiel de la ruche est d’encourager les abeilles à y faire leur nid. Pour le deuxième type de ruche, c’est un modèle qui est un peu plus pratique mais coûteux. Les abeilles s’installent sur la partie inférieure des barres permettant d’obtenir différents rayons. Les composants aussi sont tous locaux.

Enfin la dernière ruche pour l’élevage apicole, celle à cadres mobiles fonctionnent à peu près comme celle à barres supérieures. Elle est plus présente dans les pays industrialisés. Elle se compose de cadres en forme de rectangles qui sont faits en bois ou en plastique et servent de support aux rayons. Deux avantages sont à tirer de ce modèle : la facilité d’inspection et de manipulation des colonies et une récolte plus facile du miel.

———————————–

On entend par apiculture, l’élevage des abeilles à miel afin d’exploiter les produits de la ruche. La chasse au miel existe depuis très longtemps et de nos jours l’activité apicole pousse surtout les abeilles à s’installer dans les ruches et non plus comme auparavant dans la nature. C’est cette technique d’élevage que l’on appelle apiculture. Voici quelques informations nécessaires si on veut utiliser la technique d’apiculture chez soi.

 

Le choix des abeilles

Les activités apicoles ne sont pas difficiles. Cependant, elles nécessitent beaucoup d’attention et le respect de certaines règles pour la protection des abeilles mais aussi de l’homme.  Pour que les abeilles viennent s’installer dans les ruches, les apiculteurs recherchent leurs nids dans la nature et les emménagent dans les ruches. Une autre technique est aussi d’enduire la nouvelle demeure des abeilles de cire. Elles seront attirées par l’odeur et ainsi on obtient un essaim complet. C’est une méthode à succès dans les régions où l’on trouve beaucoup de colonies. Mais pour les débutants, il est toujours primordial de demander l’avis des professionnels. Il est important de savoir que certaines migrations artificielles des nids effectuées dans le cadre de l’élevage apicole ont entrainé la propagation de certaines maladies d’abeilles. C’est ainsi qu’il est obligatoire de passer par l’avis d’un expert apicole avant de procéder à tout déplacement de reine ou de nid d’abeilles.

Des professionnels ou magasins spécialisés proposent également la vente d’essaims, de reines et de paquets d’abeille. Ces essaims sont de bonnes qualités, et vous obtiendrez tous les conseils pour installer au mieux le nouvel essaim au sein de la ruche.

La plupart des apiculteurs traditionnels sont propriétaires de leur activité. On retrouve surtout des abeilles encore très saines du côté des pays en développement. Il est donc nécessaire de les protéger et de surveiller étroitement tout déplacement de nid pour éviter les maladies des abeilles.

———————————–

Voir les commentaires
[Fancy_Facebook_Comments]