Environnement & saisons

Dans la ruche en septembre – Lettre d’information

En septembre, nous arrivons dans une période de transition. Dès maintenant, la récolte se termine ; il a pu y avoir quelques miellées ...

En septembre, nous arrivons dans une période de transition. Dès maintenant, la récolte se termine ; il a pu y avoir quelques miellées tardives. Le miel de l’année est en train de se mettre en pots. C’est la fin d’une saison mais aussi le début de la suivante. L’objectif va être maintenant de passer l’hiver pour bien démarrer la saison prochaine.

Que se passe-t-il dans la ruche en septembre ?

La colonie commence à s’organiser, en particulier à trouver les mâles pas trop désirables. Ne craignez pas de voir quelques nymphes blanches, de ces derniers, extirpées des alvéoles par les abeilles, le phénomène est naturel.
La ponte se réduit, le couvain va se restreindre ; les abeilles qui vont naître seront celles qui auront pour charge de passer l’hiver.
Les mâles devenus bouches inutiles vont être remerciés et éjectés de la ruchée.

Que fait l’apiculteur ?

Dans la ruche en septembre, l’apiculteur procède à une visite sérieuse dite d’automne. C’est un inventaire, un état des lieux qui vise à constater, éventuellement cadre par cadre, l’état sanitaire de la colonie, ce que le couvain peut renseigner ; la situation des réserves, tant en pollen qu’en miel. Si l’abeille n’a pas attendu l’homme pour survivre – elle a plus de 80 millions d’années d’existence – l’homme lui impose néanmoins un habitat et l’apiculteur se doit de lui offrir le plus adéquat et accueillant possible.

Il est élémentaire que la ruche soit en bon état, protégée des intempéries, sans infiltration d’eau ni courant d’air. L’abeille craint plus l’humidité que le froid.
Surélevez un peu du sol et vérifiez l’étanchéité du toit, bien calé et sans risque d’envol.
Protégez le trou de vol en remettant éventuellement les portes que vous avez pu enlever, voire même en réduisant les entrées. Vous limiterez ainsi les intrusions et dérangements de la colonie. Protégez cette entrée du soleil levant qui pourrait inciter l’abeille à sortir par un temps trop froid.
N’oubliez pas la prise de note.

 

ruche en septembre

– Préparer la ruche pour l’hiver

Pour bien hiverner, chaque colonie doit disposer d’une vingtaine de kilos de provision (un peu moins en zone méridionale). Le développement du couvain au printemps sera proportionnel au poids de miel présent. Il faudra donc atteindre ce niveau de réserve dans les quinzaines à venir, d’où nécessité ou utilité de peser la ruche.
Ces provisions se complètent en distribuant aux abeilles qui en ont besoin du sirop du commerce (voir les sirops) ou « fait maison » à raison de 2 kilos de sucre par litre d’eau (voir le sucre en vrac 25kg). À confectionner à chaud et bien laisser tiédir après bonne dissolution du sucre.
Trop chargé en eau, le sirop serait mal stocké et risquerait même de s’altérer rapidement. À ce sujet, et encore à bonne température, il faut « invertir » ce sirop avec ¼ à ½ verre de vinaigre de cidre pour environ 4 litres de sirop.

Plus tard, à l’approche de l’hiver, si l’hiver tarde à venir, on préconise l’utilisation du candi. Disposé au-dessus de la grappe il apportera à la colonie les provisions nécessaires.
N’hésitez pas à « partitionner » : réduire à 9 voire 8 cadres avec une partition alors de chaque côté, en rive.
Il est fréquent que la colonie meure de faim en hiver alors que l’un des deux bords, l’opposé à sa position, a encore des ressources. La grappe n’a pas pu traverser le peu d’espace pour s’alimenter et donc se chauffer. Cantonnez là donc au centre.
Retenez également qu’il vaut mieux une ruchée forte que deux ruchées faibles qui seront exposées à disparition. La visite fera repérer ces éventuelles ruchées faibles. Il sera alors judicieux de les réunir à des moyennes, ou entre elles.

– Traiter contre le varroa

Il est temps dans la foulée de penser à limiter l’infestation par le varroa. La femelle varroa pond le plus volontiers dans les cellules de mâles : il y en a de moins en moins. Il n’y aura plus non plus de récupération de miel donc de risque de pollution de ce dernier. Traitons donc en attendant le traitement plus radical encore d’hiver hors couvain. Contactez votre GDSA pour obtenir des informations sur les différents traitements.
Il est conseillé de faire le compte des varroas détruits et surtout de traiter tout le rucher en même temps pour que les ruches ne se contaminent pas entre elles et, mieux encore, si le traitement peut s’appliquer aux ruches du voisinage dans le même temps..

Comment réunir deux colonies d’abeilles ?

À celui qui a peu de ruches et pas de système de pesage : À l’entrée de l’hiver, au plus tard, la ruche doit être insoulevable pour être sensée contenir suffisamment de provisions.
Pour réunir deux colonies, il existe différentes solutions :

1 – Par mélange des populations dans une ruche

Mettre au centre d’une ruche tous les cadres de couvain de l’essaim, avec leurs abeilles et la reine.
Compléter de part et d’autre les cadres de couvain, avec toutes leurs abeilles, issus de la colonie de production.
On termine par tous les cadres de pollen et de miel.
Toutes les populations auront été aspergées d’eau parfumée.
Il est préférable de détruire la reine âgée.
Cette manière de procéder protège la jeune reine contre les attaques des autres abeilles.
Si on ne trouvait la reine de la population à remèrer on a quelques chances que celle de l’essaim serait mieux protégée que l’autre. Mais en la matière rien n’est absolu et détruire la reine à remplacer reste la seule méthode qui vaille.

2 – Avec la grille de réunion Nicot par superposition des ruches

– Poser sur la ruche dont on souhaite conserver la reine, une grille de réunion,
– Poser dessus le corps de ruche à réunir,
– 5 à 8 jours plus tard enlever la grille, secouer les abeilles derrière les ruches, rechercher la vieille reine et la détruire, recomposer les ruches avec les cadres de couvain et de miel/ pollen.

 

————————————————————————————

La sélection ICKO Apiculture

sirop de nourrissement abeilles
Sirop de nourrissement Apistar et Apistar Bio
Candimiel
Candimiel, réf HA001
GB028
Varroa Easy Check, réf GB028


————————————————————————————

Sources : J.Riondet (extrait de l’agenda apicole ICKO)

Voir les commentaires