Acide acétique 80%

SKU Acide acétique 80%
Description

Acide acétique 80 % : acidifiez votre sirop de nourrissement.
Un sirop acidifié sera plus digeste pour les abeilles et limitera les cas de nosémose.

Conseils d’utilisation : 
Diluer 2 ml d'acide acétique dans 1 litre de sirop.
Le PH du sirop sera moins élevé ce qui favorisera le bien-être digestif de vos abeilles.

Dangereux. Respectez les précautions d'emploi.
Provoque des brûlures de la peau et des lésions oculaires graves.

Existe en deux conctionnements :
- Bouteille d'1 kg (GC0037)
- Bidon de 21 kg (GC0035)

  • Réf: GC0037
    En stock
    Acide acétique 80% bouteille de 1 kg
    13,00 €
    Qté
    11,70 € soit 10% d'économie 10
    Voir les prix dégressifs par quantité
Informations complémentaires

Les abeilles se nourrissent de leur propre miel mais dès lors que leur survie est en jeu, vous avez la possibilité de les aider, en tant qu’amateur ou professionnel de l’apiculture.

Le nourrissement au sirop : 
Si le besoin est de stimuler la miellée ou d’aider la reine à pondre, vous pouvez utiliser du sirop souvent concentré. Ce type de nourrissement appelé nourrissement stimulant peut permettre aux abeilles d’effectuer leurs pelotes de pollen. En effet, ne pouvant sécréter le nectar, les butineuses remplissent leur jabot de sirop avant de quitter la ruche pour rechercher des fleurs pollinifères. A répétition, vous pouvez distribuer des petites quantités de sirop, par exemple 1 verre tous les 2 jours. A noter qu’à l’arrivée de la miellée, il est essentiel de cesser ce nourrissement. 

Il existe des sirops à base de betterave sucrière, à base d'amidon de céréale ou de mélange de glucose. Le sirop Melliflora est par exemple le sirop qui se rapproche le plus du miel et que les abeilles stockent plus longtemps.

Le biberonnage : 
Le nourrissement peut être aussi nécessaire dès l’arrivée du printemps ou lorsque vous recevez un essaim. Quand il ne possède pas de reine fécondée, il est difficile pour l’essaim de subvenir seul à une autonomie suffisante. Ce nourrissement appelé « biberonnage » est pratiqué car l’essaim n’a pas suffisamment de butineuses pour assurer un apport régulier de nectar, pour construire des cadres ou pour élever le jeune couvain. Sans le biberonnage, elles risquent de bâtir les cadres très lentement. 

Pour ce type de nourrissement nous conseillons l’Apistar qui dynamise et développe les essaims.